Sélectionner une page
Selon le Handelsblatt, les autorités américaines ont annoncé qu’elles appliqueraient dès demain, mardi, des sanctions à l’encontre du navire russe Fortuna et de l’entreprise KVT-RUS auquel il appartient. C’est la première fois que des sanctions vont être réellement imposées aux entreprises impliquées dans le projet Nord Stream 2, en vertu du CAATSA. Sur les 1224 km de gazoducs ne restent que 160 km à construire ; une partie en Allemagne, l’autre dans les eaux danoises. La façon dont seront imposées les sanctions restent incertaines puisque la Russie a, d’une part, déployé de nombreux efforts pour découpler ses entreprises du dollar et aurait, d’autre part, pris grand soin d’opacifier la gouvernance de KVT-RUS pour que son dirigeant reste imperméable aux mesures de rétorsion américaines. L’Allemagne considère toujours ces sanctions comme illégales. Il est intéressant de noter que c’est également demain que devraient être adoptées de nouvelles orientations visant à renforcer l’autonomie stratégique de l’UE, en particulier à l’égard des sanctions américaines. Selon le FT qui a eu accès au projet de texte, les Européens auraient notamment l’intention de développer l’usage de l’euro dans le trading gazier et dans celui de l’hydrogène. Le renforcement de l’autonomie passera également par un examen accru des investissements étrangers. La vulnérabilité aux sanctions extraterritoriales de l’entreprise achetée sera prise en considération.
Partager l'article :