Sélectionner une page
Le gouvernement japonais s’apprête à élaborer une nouvelle règlementation visant à contrôler les acquisitions de terrains situées dans les îles éloignées ou à proximité d’installations relevant du domaine de la sécurité nationale (bases militaires, centrales nucléaires…), par des acteurs étrangers. L’achat de ces territoires devra faire l’objet d’une déclaration préalable. Actuellement, le gouvernement central ne dispose d’aucune autorité pour collecter les noms des propriétaires privés de ces terrains et la modification des registres locaux, en cas de cession, est optionnelle. La nouvelle règlementation permettra donc aux autorités japonaises de disposer de toute légitimité pour mener des investigations dans le cadre de la protection de la sécurité nationale. Tokyo a porté un coup d’accélérateur à sa sécurité économique depuis cet été. Candidat au club très fermé des 5 Eyes, le pays a pris des dispositions pour lutter contre les cyberattaques et prévoit la création d’une Digital Agency en 2021. Shinzo Abe avait également validé l’idée de créer un service de renseignement dédié aux problématiques de sécurité économique. L’intégration du Japon au groupe des 5 Eyes n’est toutefois pas acquis, d’autant que Yoshihide Suga, qui a succédé à Abe, a refusé d’adhérer au Clean Network, promu par les Etats-Unis.
Partager l'article :