Sélectionner une page

Le Royaume-Uni ayant l’ambition de devenir une superpuissance technologique à l’horizon 2030 et voulant apporter une réponse aux interrogations soulevées par un récent rapport du King’s College, qui pointe du doigt l’importance prise par la Chine dans la recherche britannique, vient d’annoncer la mise en place d’une équipe en charge de la sensibilisation des chercheurs contre les manœuvres hostiles (espionnage, vols de données…). Placé sous la direction du Department for Business, Energy and Industrial Stategy, le service leur permettra de travailler de manière sécurisée dans le cadre de collaborations internationales.  Basé à Manchester, il prodiguera des conseils qui pourront avoir trait à la cybersécurité, aux contrôles export ou à la propriété intellectuelle. Des consultations confidentielles pour certains sujets sensibles pourront également être diligentées.  
Pékin est en passe de devenir le plus important collaborateur du Royaume-Uni dans la recherche. Les secteurs de la science des matériaux, les céramiques, l’automation, les systèmes de contrôle et les télécommunications, thèmes sur lesquels collaborent les 2 pays, représentent 30 % de la production scientifique britannique. Le financement par la Chine de programmes de recherche au sein des universités britanniques en matière de défense, suscite également les réserves de l’Inde, pays avec lequel le RU entend conclure un accord de libre-échange.

Partager l'article :