Sélectionner une page
La banque d’import-export des Etats-Unis, EximBank, vient de dévoiler un nouveau programme, baptisé “Strengthening American Competitiveness“. Cette initiative vise à apporter aux entreprises exportatrices US des financements de même niveau que ceux accordés aux entreprises chinoises actives à l’international.
L’Eximbank a été réautorisée en décembre 2019. Il a dès lors été décidé d’attribuer 20% de l’ensemble des financements au « China program », soit 27 mrds de dollars. Plusieurs secteurs bénéficieront de cet appui : les énergies renouvelables, la 5G, les biotechnologies, les semi-conducteurs, l’intelligence artificielle, le traitement de l’eau, l’informatique quantique, les technologies spatiales et les technologies financières émergentes. Outre l’emploi et l’innovation, l’objectif du programme consiste également à soutenir les standards américains.
David Trulio, ex-conseiller au ministère de la défense, a été chargé de mener à bien le nouveau dispositif.
Ce « China program » vient compléter la création, l’an passé, de la U.S. International Development Finance Corporation, qui s’est substituée à l’OPIC, dotée d’une capacité financière de quelque 60 mrds de dollars. La DFC est notamment engagée dans le financement du Blue Dot Network, considéré comme une alternative à la Route de la Soie chinoise. L’initiative BDN, qui associe Etats, secteur privé et société civile, consiste à certifier les grands projets d’infrastructure au regard de standards de transparence et de soutenabilité (la question étant de connaître la nature de ces critères). La vocation de cette certification est d’attirer les financements privés et les fonds de pension US en particulier. L’Australie et le Japon, via la JBIC et le DFAT, sont associés à l’initiative et l’Europe serait, pour l’heure, sur les rangs.
L’offensive américaine pour soutenir la compétitivité de ses entreprises face aux firmes chinoises pourrait devenir très préjudiciable aux groupes européens qui pourraient « décrocher » à l’export, faute de moyens comparables.
Partager l'article :